EMDR |Hypnose |TCC |Divers

« Le cabinet de votre Psychologue est avant tout un lieu de parole privilégié et protégé par le secret professionnel, où l'on peut trouver écoute, soutien et solutions »



Ici je pratique de façon privilégiée les thérapies brèves sur une durée pouvant aller de 2-3 séances à 20 séances. Toutefois, si le travail nécessite un accompagnement plus long c’est également possible, car la seule question importante posée est « Est-ce que le contrat de soin passé avec le patient est rempli au mieux ? A t il été efficace ? Est-ce que le patient est guéri ou amélioré ? ».

Mes principaux outils d'interventions en thérapies brèves sont les thérapies cognitives et comportementales (TCC), l’EMDR et l’hypnose éricksonienne.

EMDR

- Qu’est - ce que l’EMDR ?
Pour en savoir plus, je vous invite à aller sur le site d’EMDR France : Ici
Pour un résumé des recherches en EMDR : Ici
Pour un rapport de cas cliniques en EMDR : Ici
Pour les hypothéses sur les mécanismes d’action : Ici

Dossier EMDR et Dépression (dont je suis co-auteur): Ici

Hypnose éricksonienne, thérapie efficace ?

- Tout d’abord qu’est - ce que l’hypnose ?
      Hypnos en grec signifie sommeil, aussi, de quel « sommeil » s'agit-il lorsque l'état d'hypnose est atteint ? Il ne s’agit pas du sommeil au sens habituel du terme, mais de la mise en sommeil/veilleuse de la « conscience consciente » (vigilance restreinte car elle ne peut porter son attention qu'à un nombre limité d'éléments) au profit de l'éveil d'une « conscience inconsciente » (vigilance généralisée car elle supporte la totalité des souvenirs, des perceptions des sens externes et internes, des résultats et des possibilités d'apprentissage,…, éléments trop nombreux - infinis - pour être distingués par la conscience consciente).
      C'est pourquoi l'hypnose est aussi définie comme un état modifié de conscience. Cet état est avant tout un état naturel que nous expérimentons sans nous en rendre compte plusieurs fois par jours (environ chaque 90 minutes) et qui est nécessaire au maintien de notre équilibre mental. Nous l’expérimentons par exemple dans des moments tels qu'une simple rêverie, l'écoute d'une musique, la lecture d’un livre prenant, une grande concentration, sans oublier les états méditatifs, la prière ou encore la profonde relaxation.
      Le thérapeute peut l’induire chez son patient grâce à son accord (le désir), jamais contre sa volonté. De plus lors d'une séance d'hypnothérapie, le patient reste conscient - observateur, ne dort pas et peut intervenir à tout moment.

- Et l’hypnose éricksonienne ?
      L’hypnose éricksonienne a pour père fondateur Milton Erickson né en 1901 dans l’état de Nevada daltonien et dyslexique. A l'âge de dix sept ans, une très grave attaque de poliomyélite le cloua dans un fauteuil de paraplégique et à dix huit ans, il ne pouvait plus bouger que les lèvres et les yeux. Il mit à profit ses longs mois d'immobilisation forcée pour développer ce qu'il appellera plus tard l'auto hypnose. Grâce à une observation très fine et une créativité extraordinaire, il retrouva en moins d'un an une totale motricité.
      Puis, il a fait des études de médecine et de psychiatrie, et c'est là qu'il entendit pour la première fois parler de l'hypnose. Faisant des liens avec ses luttes personnelles, il mena ses propres recherches et expérimentations dans ce domaine. Il développa une conception de l'hypnose en tant que phénomène naturel faisant partie de notre vie et il mit en place des approches très indirectes d'inductions hypnotiques. L'Inconscient pour Erickson est une « partie de nous même organisée à notre insu, qui travaille en permanence dans notre intérêt. Ce serait le réservoir des ressources que nous avons accumulées et que nous ne connaissons pas toujours ».
      Ainsi, dans les thérapies éricksoniennes, le thérapeute, pendant des états de transe ou état modifié de conscience, guide son patient vers son Inconscient afin d’atteindre l'objectif qu'il souhaite atteindre, et ceci en respectant des fondements déontologiques.

- Fondements déontologiques :
1- Nous avons en nous toutes les ressources dont nous avons besoin pour réaliser nos buts dans l'existence.
2- Chaque personne est individuelle et unique.
3- Nous possédons un inconscient autonome et intelligent. C'est un immense réservoir de sagesse et de connaissance dont les intentions sont positives : c'est avec cet inconscient que nous travaillons et que nous appelons le "guide intérieur", "le grand sage" ou "l'esprit profond".
4- Une résistance ou un obstacle à la thérapie est une information que quelque chose n'a pas été prise en compte dans le fonctionnement inconscient de la personne.
5- Nous opérons les meilleurs choix possibles pour nous, à un moment donné, en fonction de toutes nos données conscientes et inconscientes.
6- Il y a une fonction positive à chaque comportement que nous mettons (ou avons mis) en œuvre : peut être pas toujours évidente du premier coup d'œil mais elle existe.
7- Le thérapeute se doit en priorité de préserver l’écologie du système complexe constitué par le patient.
8- La vérité du patient est la seule qui compte, le thérapeute se doit de n’avoir aucun a priori concernant le patient.
      Par ailleurs l’hypnose éricksonienne se distingue de l’hypnose classique ou traditionnelle qui est plus autoritaire, dirigiste, basée sur le défi par le fait qu’elle laisse le bénéfice du changement et de son origine au patient et qu’elle a pour objectif l’autonomisation de la personne.

- L'intérêt de cette technique ?
      Il est que l’esprit inconscient du patient met à sa disposition ses ressources profondes qui vont lui permettre de changer. En effet, dans cette perspective, l'inconscient avec lequel travaille le thérapeute éricksonien n'est pas l'inconscient pathogène décrit par d'autres approches, mais cette conscience inconsciente, lieu de toutes nos richesses, nos ressources, nos connaissances et nos potentiels. C'est cet inconscient qui gère les fonctions de notre corps et de notre psyché.
      La transe thérapeutique est une expérience pendant laquelle les cadres de référence ou les habitudes limitantes sont contournées : pendant la transe hypnotique, on observe une désorientation, une distorsion du temps et de l'espace qui vont permettre de faire des apprentissages nouveaux et plus utiles.
      Notre cerveau ne fait pas la différence entre une expérience mentale imaginaire et une expérience réelle : c'est cette " déficience " de notre cerveau qui va permettre toutes les réparations intérieures et qui fait que " tout est possible ".
      Enfin, l'hypnose est un processus d'amplification : en effet l'inconscient a une puissance et une rapidité de travail extraordinaire, très supérieure au conscient. Nous avons donc une amplification des processus d'apprentissage.

- Les applications de l’hypnose :
      Les applications de l’hypnose sont variées et son utilisation donne des résultats très intéressants dans de nombreux domaines médicaux et psychologiques.
      L'hypnose est notamment très utilisée pour contrôler la douleur et soulager la souffrance (vertus analgésiques utilisée par des dentistes et des médecins lors d'interventions chirurgicales) ; pour résoudre des problèmes d'angoisse, de complexes, de deuil, de jalousie, de mémoire, de migraine, d'anorexie - boulimie, d'alcoolisme, de performances sexuelles ; pour accoucher sans douleur, se préparer à un examen ou à un entretien, développer sa personnalité, révéler des capacités cachées, découvrir ses potentialités physiques et psychiques...

Les thérapies comportementales et cognitives : principe

      Les thérapies comportementales et cognitives ont pour but de modifier un comportement ou un schéma de pensées qui gâche la vie de la personne et qui se répète malgré elle, échappant à sa volonté, ainsi qu'à toute démarche logique. Par exemple rougir en présence d'un interlocuteur, une angoisse dans les endroits clos, mais aussi le tabagisme, la boulimie, etc.. Et ceci avec la participation active du sujet.
      Ces thérapies jouent sur deux registres complémentaires : le comportement et la cognition, c'est à dire les processus de pensée.
      Le principe est que les comportements que l'on souhaite éliminer ont été appris à partir d'une situation donnée. Et que ce qui a été appris peut-être défait, ce qui permettra, avec l'aide du thérapeute, de substituer un nouvel apprentissage au précédent, mieux adapté. De même pour des pensées, des croyances.
      D'où des exercices concrets, qui consisteront à affronter la situation en cause progressivement pour se désensibiliser en quelque sorte. Mais est toujours associée à ces exercices une action sur la cognition c'est-à-dire sur les processus de pensée. Car un comportement est toujours déterminé par un schéma de pensée, toujours immuable. On pense par exemple, "si je lui parle, il va mal me juger" et le comportement de blocage suit.
      On va donc chercher à faire prendre conscience au sujet de ces dialogues intérieurs rigides qui précèdent le comportement contre lequel on veut lutter. Cela permet ensuite de les modifier.

Divers :

Les conseils par saison

Les mois de Juillet et d'Août sont synonymes pour beaucoup d'entre nous de vacances. Et pour tous ceux, dont le quotidien est fait de béton, de lumière artificielle, d'air vicié, de pollution, de bruit, cela va être l'occasion d'un retour à la nature. Cette nature dont on a tellement besoin - un besoin quasi physique - et dont on peut difficilement se passer. Faites donc de votre été un moment privilégié afin de vous désintoxiquer et de vous revivifier. Planifiez et profitez de moments de tranquillité, à écouter les oiseaux, à respirer de l'air pur chargé des diverses senteurs de la nature, etc. pour vous détendre. Vous retrouverez ainsi votre quotidien empli d'une énergie nouvelle.

Avec le mois de septembre se profile la rentrée. Cette période arrive en général après une jolie coupure dans notre existence appelée " vacances ". La rentrée correspond pour nombre d'entre nous soit à de nouveaux défis professionnels à relever, soit à la prise d'un nouvel emploi, soit à l'entrée dans la vie active, soit encore pour les plus jeunes à la reprise des cours. C'est une période de changements, de transition qui se conjugue avec la possibilité de repartir sur de nouvelles bases, de prendre de bonnes résolutions, de nouvelles décisions comme de mieux s'occuper de soi (ex : inscription à des activités sportives) ou de reprendre sa vie en main. Et pourquoi ne pas en profiter

Avec l'arrivée des mois de novembre, décembre et janvier s'annonce pour certains le blues du solstice d'hiver : baisse de la motivation et de l'énergie mentale... Le raccourcissement des journées et de l'ensoleillement serait la cause de nos humeurs sombres (fatigue, irritabilité, tristesse, perte d'intérêt) et jouerait sur chacun de nous mais de façon plus ou moins marquante ou handicapante. Aussi profitez pleinement de chaque moment de soleil. Et par les beaux week-ends d'automne et d'hiver partez vous promener afin de profiter de chaque trait de lumière. Vous retrouverez ainsi votre quotidien empli d'une énergie nouvelle. Enfin, pour celles et ceux qui font partie des 3 à 5% pour qui la déprime est plus sévère, pensez à la luminothérapie...

Avec le retour du Printemps arrive la période de grand ménage. Ce ménage est souvent vu comme extérieur à soi avec l'expression du "ménage de printemps" dans toute la maison, mais il est aussi à considérer sur son aspect interne. En effet, le moment est venu de se remettre sur pied et de quitter l'hivernage... Pour cela penser à la remise en forme physique : faire de la relaxation, fréquenter les salles de sport ou la piscine et faire une cure diététique pour chasser les toxines!

Diverses questions d'actualité

La Psychothérapie : Une profession de santé non-médicale ?

Communautés de joueurs en réseaux : pourquoi ? Quels avantages et quels risques ?

Jeux vidéo et addiction

11 Septembre 2001 et "mémoire flash"

Tabac et Dépendance

Approche Psychologique des addictions

Lien utile :

Introduction à la Psychologie
Découvrez avec Wikipédia - L'encyclopédie libre - une introduction à Psychologie présentant ses champs d'étude et son histoire.